Les enjeux économiques du cloud

Temps de lecture : 6 minutes

Année après année, le Cloud permet à un nombre croissant d’entreprises de mieux gérer leurs données, leurs applications et leurs infrastructures numériques. Ce marché en pleine expansion génère de plus en plus de valeur et transforme la façon dont la stratégie financière est pensée par les organisations.

En 2021, le Cloud computing a le vent en poupe. Selon une étude récente de Gartner, il a connu une croissance de 17% en 2020 pour un chiffre d’affaires de 266,4 milliards de dollars au niveau mondial.. Toujours selon Gartner, le Cloud pourrait représenter 33% des dépenses informatiques opérées par les entreprises dans le monde en 2022. Et ce n’est, à priori, qu’un début, puisque le marché est supposé doubler dans les 3 prochaines années… !

La montée en puissance de la 5G, les progrès de l’IA, le fort développement de l’IoT et le perfectionnement des technologies de cybersécurité ont toutes les chances d’accélérer encore le phénomène, avec une dimension financière qui gagnera en importance. Dès lors, pouvoir cerner correctement les enjeux économiques de ces solutions est essentiel pour les entreprises qui souhaitent les adopter. Pour y voir plus clair, Camille Bussy, Directrice Conseil Transformation chez Microsoft, Frédéric Aatz, Directeur Azure Clients et Partenaires, et Cédric Dupui, Cloud Architect et membre de la Fondation Finops, nous livrent quelques conseils.

Ebook

Guide pour les institutions financières qui adoptent le cloud public

Cet Ebook fournit des conseils complets, qu’il s’agisse des protections de sécurité fiables ou des avantages d’une solution de cloud hybride.

Télécharger

Une source d’économies conséquentes

C’est aujourd’hui un fait établi. L’adoption du Cloud présente de nombreux avantages financiers : paiement à l’usage, limitation des investissements dédiés au parc informatique, réduction des coûts de main-d’œuvre, calibrage de l’utilisation des ressources IT aux besoins réels, etc.

Le Cloud oriente en effet l’IT vers l’usage au détriment de la propriété. C’est un modèle pertinent puisqu’il s’adapte entièrement aux besoins des clients et ne nécessite pas l’acquisition de nouveaux serveurs, ni une maintenance coûteuse. Une solution qui permet à la fois de se moderniser, d’innover et de réduire les coûts puisque selon l’étude de Gartner “Can You Save Money Migrating to Cloud IaaS?“,  le Cloud peut faire économiser jusqu’à 50% des budgets IT.

« Il s’agit cependant plutôt d’une optimisation des coûts puisqu’une démarche de migration produira un ROI d’autant plus important et rapide qu’elle s’inscrira dans la mise en œuvre de nouveaux services d’innovation vers les métiers de l’organisation » souligne Frederic Aatz. « C’est pourquoi il s’agit véritablement de considérer un « Cloud operating model » qui implique l’IT, la finance et les métiers ».

Lire aussi Le Cloud : Surfer sur l’exponentielle…

Gérer les coûts et les bénéfices dans un modèle Cloud

Pour en tirer pleinement avantage, il faut de ce fait piloter l’utilisation du Cloud, , ne serait-ce que parce qu’au sein d’une même organisation, les différents utilisateurs n’ont pas nécessairement les mêmes objectifs à atteindre, ni les mêmes besoins. C’est le rôle du FinOps. Contraction des termes « finances » et « opérations », le FinOps permet la bonne utilisation du Cloud, sans dépenses inutiles, ni baisse des performances. En faisant converger les enjeux de la finance avec ceux de l’IT, et en monitorant les coûts, il permet ainsi une utilisation optimale du Cloud et garantit que chaque euro sera bien dépensé.

Camille Bussy précise : « Le FinOps pilote l’ensemble de la valeur de l’utilisation du cloud. Cela vaut pour la valeur tangible, c’est à dire en euros, mais aussi intangible, réduction des coûts liés à la cybersécurité et diminution des miss market opporunity… C’est un outil qui permet d’aller plus loin et plus vite. »

Lire aussi Cybersécurité : 7 bonnes pratiques dans la gestion du cloud

Regarder au-delà de la « simple » optimisation financière

S’il est bien implémenté le FinOps s’inscrit ainsi au cœur du modèle opérationnel de l’entreprise et de son pilotage. Il améliore en continu le value for money en optimisant tous les piliers de valeur. A ce titre, il a la capacité de rendre les entreprises plus compétitives.

Frédéric Aatz explique : « Grâce à une vision à 360°, le modèle économique de l’entreprise est reprogrammé par l’adoption du cloud. Cela impacte la manière dont on gère les finances pour planifier les coûts, les dépenses, les investissements… Le Cloud drive tous les changements. Il permet de mettre en place un framework avec l’ensemble des drivers que l’entreprise va utiliser pour se transformer… Il permet aussi d’aligner le board et l’opérationnel sur les éléments de décision. Tous ces facteurs sont le gage d’une plus grande efficacité économique. »

Livre Blanc

Comment créer de la valeur avec le Cloud Public ?

Dans un contexte où les établissements financiers sont poussés à se réinventer, découvrez comment le Cloud Public, catalyseur essentiel du changement, s’inscrit comme un puissant accélérateur de la tr

Télécharger

Comment réussir l’adoption d’un modèle FinOps

Adopter un modèle cloud FinOps n’est pas seulement une question de technologie, comme beaucoup d’entreprises ont tendance à le penser. C’est un projet qui doit être encadré par un protocole et guidé par une dimension humaine, avec la coopération de chaque collaborateur.

Selon Camille Bussy : « Le Cloud pose un cadre pour l’ensemble de l’entreprise. Il faut que tout le monde soit aligné sur les éléments de décision, avec une connaissance parfaite des enjeux et des objectifs.  »

Adopter un modèle FinOps nécessite notamment de réorganiser les équipes et d’opérer un rapprochement entre l’IT et le business. « Grâce à des changements culturels, des outils, des process et des indicateurs, le FinOps a pour mission de réconcilier les équipes IT qui ont besoin de liberté pour délivrer rapidement les applications, et les financiers qui ont besoin de contrôle pour définir le modèle économique » explique Cédric Dupui. « Il faut du contrôle pour éviter la surconsommation, et donc l’augmentation des coûts, et de la liberté pour profiter de la flexibilité que le Cloud apporte. Le FinOps aligne les équipes sur la stratégie. Il est une source de meilleure maîtrise. »

Pour mener ces projets à bien, il devient donc nécessaire d’instaurer un usage radicalement nouveau de l’IT grâce à une panoplie de services innovants :

      Personnalisation des outils en fonction des besoins

      Tarification à l’usage grâce au « pay as you go

      Suivi en temps réel des ressources consommées

      Anticipation des factures Cloud grâce au calcul des coûts en fonction des architectures et des briques utilisées

      Stop & Go : possibilité d’arrêter ou de redémarrer un outil ou un environnement

Au niveau organisationnel, quelques actions sont essentielles pour maximiser ses chances de succès :

      Nommer un chef de projet FinOps. Il devra s’assurer que les équipes sont alignées autour d’une vision commune de l’utilisation du Cloud

      Partager clairement la vision : mettre à plat ce que chaque département peut retirer concrètement du Cloud, les défis à relever pour y parvenir, et les bénéfices globaux pour l’entreprise.

      Mettre en place des indicateurs communs, avec un effort particulier sur le reporting pour que tous les collaborateurs soient au même niveau d’information.

      Infuser un vocabulaire commun, qui soit compris par tous.

Ebook

Saisissez les nouvelles occasions d’innover dans le secteur bancaire

Découvrir ce que les leaders d’opinion de Microsoft et le partenaire de Business Intelligence, PSFK, prédisent pour l’avenir des technologies dédiées aux services financiers.

Télécharger

Passer du CapEx à l’OpEx

 

Autre avantage, et non des moindres, le Cloud permet d’adopter un modèle comptable plus efficient et plus agile. Traditionnellement, la majorité des dépenses IT dépendaient du CapEx (Capital Expenditure). Il s’agissait notamment d’équiper l’entreprise en serveurs, en logiciels, etc.. Un investissement opéré grâce au capital de l’entreprise.

Avec le Cloud, il ne s’agit plus d’acheter mais de louer un service dématérialisé, et de ne payer que ce qui est consommé. Les dépenses sont alors comptabilisées dans l’OpEx (Operational Expenditure), Elles passent dès lors dans les charges d’exploitation. Non seulement c’est intéressant fiscalement puisque les entreprises ne sont pas imposées sur leurs frais de fonctionnement, mais cela leur permet également de maintenir intact leur capital, et dont leurs capacités d’investissement.

Les plus sceptiques diront que ces dépenses sont faites à la consommation et donc moins prévisibles., Pour les rassurer (entre autres) Microsoft a développé l’Azure Calculator.  Il permet à tous d’avoir une vue en temps réel des dépenses, de les optimiser, et même d’anticiper la facturation en visualisant le prix de la consommation à venir en fonction des besoins de l’entreprise. . Il donne ainsi la possibilité à chaque entreprise de prendre le contrôle de son budget Cloud et de le maitriser en toute transparence.

 

Améliorer la durabilité des entreprises

Cerise sur le gâteau digital, le Cloud est également un atout pour progresser vers une plus grande sobriété énergétique. Opérer sans serveurs signifie en effet une consommation en baisse. De plus, en optimisant l’utilisation des ressources IT et en pilotant les coûts, et donc la consommation, il améliore un peu plus l’empreinte carbone. Et pour aller plus loin, des solutions innovantes existent depuis peu.

Cédric Dupui précise : « Nous avons développé le sustainability calculator qui relie la consommation IT du client à sa consommation d’énergie. Il lui suffit simplement de rentrer son numéro de contrat pour visualiser en temps réel ses rejets de CO2. Cela permet une prise de conscience, mais également une plus grande maîtrise de l’impact environnemental… Le Cloud offre la possibilité de mettre en place un reporting en temps réel qui est extrêmement précis. »

En forte croissance, le Cloud concentre un grand nombre d’enjeux économiques et de facteurs de transformation pour les entreprises. A terme, il pourrait favoriser l’émergence d’un modèle plus flexible et plus collaboratif. Il pourrait également permettre un meilleur alignement entre le comité de direction et les équipes opérationnelles. C’est le gage d’une plus grande efficacité, et donc d’une meilleure rentabilité, pour toutes les organisations. Pour toutes ces raisons, il représente une solution d’avenir.

Livre Blanc

La blockchain et la conformité fiscale

Comment la blockchain peut-elle améliorer la conformité fiscale ? En collaboration avec PWC et VERTEX, Microsoft s’interroge sur la place de cette technologie

Télécharger

Questions fréquentes

Qu’est ce que le Cloud computing ?

Le terme Cloud désigne l’ensemble des solutions de stockage distantes et accessibles par internet.

Pourquoi utiliser le Cloud computing ?

Le Cloud computing permet aux entreprises d’être flexibles et de multiplier leur profit par un effet de levier.

Où sont stockées les données du Cloud ?

Les données sont stockées dans des data-centers éloignés des clients.