Intelligence artificielle en médecine : vers une médecine préventive

Temps de lecture : 4 minutes

Un bouleversement. L’intelligence artificielle, ou IA, est en train de changer le monde. Du domaine bancaire à l’entreprise, en passant par le secteur de l’agriculture où encore la médecine. Les applications de l‘intelligence artificielle sont nombreuses !

Microsoft experiences’17 l’a parfaitement illustré. Deux jours de conférences et discussions, une IA Hackademy qui réunissait les jeunes pousses du secteur, d’enrichissants partages d’expérience… La révolution est en marche. Le point sur l’intelligence artificielle dans la médecine.

A la Pitié-Salpêtrière, l’IA améliore le diagnostic des cancers

Et la médecine l’a bien compris ! A l’image de l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, qui a rapidement adopté iBiopsy. Cette plateforme d’intelligence artificielle y révolutionne le traitement des pathologies, notamment le cancer du foie. Des méthodes d’imagerie médicale, de deep learning et big data analytics permettent de mieux extraire les biomarqueurs de la progression de la maladie. L’objectif : améliorer le diagnostic du patient – et donc sa prise en charge.

Livre Blanc
Narratif Microsoft Sciences de la Vie et Recherche Médicale

Ecrit en collaboration avec Usbek&Rica, ce document constitue le narratif de Microsoft France au sujet de la recherche médicale et des sciences de la vie. 

Télécharger

« On a une problématique, la détection du cancer. Et grâce à l’IA, on s’attache à y répondre » explique le professeur Olivier Lucidarme, chef de service Radiologie polyvalente et oncologique à la Pitié-Salpêtrière.

Concrètement, l’IA aide les médecins à extraire des images médicales, des informations utiles mais difficiles à repérer, voire indétectables à l’œil nu. Ces informations permettent d’établir des diagnostics plus précoces et plus précis. « L’IA peut améliorer notre capacité de diagnostic, notamment des maladies rares, grâce à une capacité d’analyse des bases de données infinie » se réjouit Olivier Lucidarme.

 98% de la santé, aujourd’hui est curative. L’intelligence artificielle permettra de basculer sur une médecine plus préventive.  Laurent Schlosser, Microsoft.

Les pathologies sont mieux détectées et décelées plus tôt. Cela permet de s’attaquer plus rapidement aux pathologies et gagner du temps dans leur traitement… voire d’intervenir avant même l’apparition d’une maladie.
« 98% de la santé, aujourd’hui est curative. L’IA permettra de basculer sur une médecine plus préventive » assure Laurent Schlosser, directeur de la division Secteur Public de Microsoft. « Le savoir médical, l’expertise du médecin reste le plus important, mais cette expertise est amplifiée grâce à l’intelligence artificielle. »

La chirurgie futuriste grâce à l’intelligence artificielle

Autre fait révolutionnaire en matière d’IA pour la médecine : l’IA en chirurgie, bien qu’elle ne soit pas encore déployée dans nos services de soins. Elle devrait être l’innovation la plus importante d’ici cinq ans. Après plusieurs études et travaux sur l’IA, les présentations ont été faites avec des chirurgiens. Ces derniers ont ainsi su améliorer la présence de cette IA dans les blocs opératoires. Cette prouesse technologique proposerait plusieurs utilités.

La plus courante serait de pouvoir observer le corps des patients comme s’ils étaient transparents. Cela permettrait aux chirurgiens de ne pas être gênés par un quelconque organe qui rendrait difficile l’accès à la zone à opérer. Cette pratique pourrait également rendre le diagnostic médical plus évident. Et ainsi réduire de façon considérable les risques d’erreurs. Des traitements personnalisés plus poussés seront alors envisageables sans trop perdre de temps.

L’invention la plus étonnante et la plus innovante reste l’intégration de l’IA à la pratique des chirurgiens. En effet, « la différence entre un jeune praticien et un expert, c’est l’expérience, la mémoire des cas traités par le passé » selon le directeur général de l’IHU, Jacques Marescaux. Le projet étant de mettre une caméra vidéo enregistrant les étapes d’une opération et des soins. Grâce à des outils et des algorithmes bien pensés, le rôle de l’IA est d’alerter le chirurgien. Ces alertes ont lieu si le chirurgien se déconcentre ou s’il est sur le point d’effectuer un mouvement dangereux ne correspondant pas aux étapes enregistrées. C’est en quelque sorte une prédiction du risque qui facilite les opérations au bloc et garantit une meilleure sécurité pour les patients.

Des modèles ont déjà été mis sur le marché pour un premier essai. L’apprentissage de la machine, après une cinquantaine d’interventions, a permis à l’ordinateur de définir les étapes de cette dernière. Le plus remarquable est que l’ordinateur a pu signaler à un chirurgien qu’il prenait le mauvais outil au bout de 120 interventions.

L’intelligence artificielle en médecine : répondre aux défis de demain

Les promesses technologiques ont toujours su faire leurs preuves en sciences et ont réussi à rassurer la population au cours des années. L’intelligence artificielle en médecine n’est pas un mauvais présage. Malgré les croyances, elle ne remplace pas l’intelligence humaine, au contraire, elle la complète.

De nombreuses innovations technologiques vont encore apparaître dans la médecine, la recherche continue encore et toujours d’avancer.

Webinar
L’IA et le cloud computing au service de la pratique clinique

L’IA est amenée à prendre une place plus importante dans le quotidien des cliniciens : Du patient connecté, aux outils d’aide à la décision, quelles seront les tendances à venir du secteur ?

Visionner

A LIRE AUSSI » IA : 5 chiffres à connaître

 

L’IA s’avère ainsi très utile dans le traitement de tâches répétitives, à faible valeur ajoutée. Cela permet ainsi de décharger les médecins et leur permet de mieux utiliser leur temps. Autant de possibilités qui dessinent un nouveau monde, où l’IA aide les hommes à répondre aux grands défis d’aujourd’hui et de demain.

Laurent Schlosser (Microsoft) et Johan Brag (Median Technologies, société développant la plateforme d’IA iBiopsy) en ont discuté dans cette table ronde, animée par la journaliste Marion Moreau, lors de Microsoft experiences’17.