NEW CULTURE OF WORK

A l’INSEAD, l’excellence passe (aussi) par le SI

« The Business School for the World » : l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD), fondé en 1957 affiche ses ambitions… et son succès. Meilleur MBA au monde pour la deuxième année consécutive, selon le Financial Times, l’INSEAD devance des institutions aussi prestigieuses que Stanford, Harvard ou Cambridge…  Et est également, selon Forbes, le MBA court présentant le meilleur retour sur investissement : un diplôme obtenu à l’INSEAD est rentabilisé en 2,4 ans en moyenne, contre 4,2 ans pour le deuxième du classement.

Au‐delà du cursus, international, et de l’enseignement, délivré par les meilleurs professeurs du monde, le système d’information joue un rôle central dans l’excellence de l’école. « Nous avons trois campus : à Fontainebleau, à Singapour et à Abu Dabi, explique Christophe Leviaux, Global IT Support Manager, et une quinzaine de centres de recherches répartis sur ces trois sites. Notre SI est conçu pour supporter cette organisation sans aucune limitation ni contrainte ».

INSEAD

D’autant que l’Institut dispose d’environ 145 professeurs permanents venant de 31 pays, plus 85 professeurs invités, auxquels s’ajoutent 500 personnes non‐enseignantes sur l’ensemble des trois campus, soit un effectif global d’environ 700 personnes. C’est pour continuer d’évoluer que l’INSEAD s’est lancée dans une démarche de transformation digitale, orientée notamment autour de l’adoption du Cloud et des outils modernes de communication et de collaboration. « L’enjeu pour nous, à la DSI, c’était de bénéficier d’une meilleure intégration de tous nos outils, explique Christophe Leviaux. L’un des premiers choix que nous avons fait en ce sens était celui d’Office 365 ».

La suite naturelle était l’adoption de Windows 10 Éducation. « Nous avons eu une réflexion dès le dernier trimestre 2016, se souvient le manager. Nous voulions unifier notre parc informatique, accroître sa performance intrinsèque et améliorer la sécurité. Windows 10 Éducation présentait tous ces atouts ainsi que des fonctionnalités enrichies ». Parmi celles‐ci, figure la gestion plus fine des mises à jour : « nous apprécions de pouvoir contrôler ce qui est mis à jour et quand, confirme Christophe Leviaux. C’est un vrai plus pour nous, étant donnée notre organisation, d’autant que ce contrôle peut être effectué à distance et simplement via les outils habituels de Microsoft ».

A LIRE AUSSI : Tout sur la pédagogie innovante et l’innovation dans l’éducation

Deux scénarios de migration selon les besoins

Rapidement, deux scénarios de migration sont retenus : la remasterisation et l’upgrade-in-place. « La remasterisation s’est imposée pour un certain nombre de machines que nous avions prévu d’upgrader au niveau matériel, notamment en remplaçant le disque dur mécanique par du SSD. C’est un scénario classique et simple à mettre en oeuvre, qui ne nous posait aucune difficulté », explique Christophe Leviaux.

En revanche, le scénario de l’upgrade-in-place a demandé plus de réflexion. « Nous avions ciblé les postes administratifs comme premiers concernés par ce scénario, nous voulions donc ne prendre aucun risque. Spie, notre partenaire, a réalisé un POC (« proof of concept ») qui nous a convaincus du bien‐fondé de cette méthode ».

Supervisé via SCCM 2016, l’upgrade-in-place devrait commencer début septembre. « Nous avons déjà validé les parties système et logiciels de base, explique le manager, et nous validons en ce moment‐même les parties métiers : RH, finance, comptabilité… Tout sera centralisé depuis Fontainebleau et déployé à distance grâce à SCCM, via les points de distribution présents sur chaque campus ». Au total, la migration concerne 2 100 PC, dont moins d’un tiers par remasterisation.

A LIRE AUSSI » Des capteurs connectés dans les écoles

L’avenir : le Cloud et l’Internet des objets (IoT)

Côté accompagnement au changement, Christophe Leviaux n’envisage pas d’action particulière. « Windows 10 Éducation reproduit un environnement très proche de Windows 7, ce qui nous permet d’éviter des formations ou une documentation spécifiques. Mais nos utilisateurs pourront toujours consulter des MOOC sur la plateforme Lynda.com, dont nous sommes déjà clients ».
Enfin, l’INSEAD n’est pas en manque de projets une fois la migration terminée. « Notre avenir est très orienté Cloud, dévoile Christophe Leviaux. Nous allons mettre en place des “virtual labs”, c’est-à-dire des machines virtuelles destinées, aux étudiants comme aux enseignants, qui seront accessibles à tout instant et en tout lieu via Internet. Nous regardons également l’IoT et le concept de “machine‐as‐a‐service”, qui nous semblent pertinents pour l’avenir ». Anticiper les évolutions et garder un temps d’avance sur la concurrence : l’INSEAD reste fidèle à ses ambitions.

A LIRE AUSSI » L’apprentissage collaboratif au lycée

La promotion de 2030 et l’apprentissage « Prêt pour la vie »

Découvrez comment votre école et vous‐même pouvez rester en phase avec l’évolution de l’enseignement et préparer au mieux vos élèves pour qu’ils réussissent aujourd’hui et demain.

Télécharger