A quoi sert vraiment un chatbot ? L’exemple Arte
INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

A quoi sert vraiment un chatbot ? L’exemple Arte

Depuis le lancement d’Eliza au milieu des années 1960, les chatbots ont énormément évolués, en particulier grâce aux avancées technologiques relatives à l’intelligence artificielle et au big data. Aujourd’hui, les « Conversations as a Plateform » (CaaP) sont en train de changer en profondeur la manière de gérer les relations clients/utilisateurs, de l’hôtellerie au retail en passant par le divertissement. Retour d’expérience avec Arte, suivi d’une infographie sur l’histoire du chatbot.

 

Voir aussi l’article > Bots et assistants personnels : incontournables ou simples gadgets ?

Les chatbots s’implifient l’accès aux contenus et améliore l’expérience utilisateur

Via le Club Arte, la chaine franco-allemande a accès à un grand nombre d’internautes désireux de resserrer les liens avec la marque.  « Cela nous demande de nous structurer, par exemple pour améliorer la personnalisation et la gestion de toutes ces données », explique Valentin Duboc, Head of Digital Marketing d’Arte.

Pour ce faire, le hackathon a permis d’imaginer un bot capable d’interroger la base de données directement pour répondre aux questions des utilisateurs. Il est alors possible de rechercher les programmes selon leur durée ou selon n’importe quelle métadata intégrée dans la base.

Ce type de chatbot peut également faciliter l’accès aux différentes fonctionnalités du site et proposer de regarder d’autres émissions du même type que celle que l’internaute est en train de visionner. A terme, il pourrait aussi guider l’internaute lors de la création de son compte Arte, ou lui proposer de s’abonner à la newsletter en se basant sur ses habitudes de connexion. « Une versatilité qui permet de créer des parcours entièrement personnalisés », précise Valentin Duboc. L’intelligence artificielle couplée à ces chatbots offre ainsi de nouveaux services et améliore le parcours et l’expérience de l’utilisateur :

Pour aller plus loin, les chatbots pourraient enrichir les contenus et les offres d’Arte

Autre exemple d’utilisation d’un chatbot : l’enrichissement des contenus. On peut imaginer un bot qui se connecte non seulement à la base de données de l’entreprise, mais également à d’autres bases de données externes.

« Le bot pourrait se connecter à Wikipédia par exemple, pour enrichir l’expérience client avec d’autres ressources. Pendant le visionnage d’un concert, on pourrait aussi accéder aux paroles ou vérifier quand aura lieu le prochain concert de l’artiste », explique Valentin Duboc.

 

Voir aussi l’article > Les 5 chiffres à absolument connaitre sur l’IA

 

Un bot pourrait ainsi proposer à un internaute ayant regardé une émission sur un artiste d’aller voir une exposition qui lui est consacrée dans un musée.

Plus qu’une belle manière de valoriser l’ensemble des services ou de l’écosystème d’une marque, ce serait surtout une nécessité dixit Michel Rousseau, évangéliste UX, UI & Design chez Microsoft France : « La relation aux marques change, car on est désormais beaucoup plus dans une relation longue, une relation de confiance. »

 

Voir aussi l’article > Créer un chatbot, quels avantages pour les PME ?

 

Michel Rousseau, évangéliste Microsoft, au Hubforum Paris.
Michel Rousseau. Crédits photo :  Hubforum Paris 2016

Grâce à des conversations poussées, les chatbots améliorent la relation client

Pour Valentin Duboc, les bots permettent également d’échanger de manière plus fluide avec les consommateurs ou utilisateurs. Ce que confirme Michel Rousseau :

 « L’avantage, c’est que je partage un certain nombre de données avec mon assistant personnel, et en retour j’ai des informations cohérentes et personnalisées qui remontent. Je passe d’un mode transactionnel à un mode véritablement relationnel. »

Quatre technologies innovantes pour se développer dans un monde numérique

Comment Dynamics 365 Business Central propose des outils familiers qui fournissent des informations intégrées, de l’intelligence et des workflows.

Lire

Les chatbots peuvent engager les internautes autour des contenus de la marque, en créant par exemple une expérience supplémentaire pendant la diffusion d’une émission, comme un quizz dans une logique de gamification.

Une approche conversationnelle qui peut d’ailleurs se poursuivre sur l’ensemble des applications de messageries grâce aux outils mis à disposition des développeurs, comme le Bot Framework ou les Microsoft Cognitive Services.

L’étape d’après selon Michel Rousseau ? Connecter les bots entre eux, et faire correspondre les assistants personnels comme Cortana avec les chatbots des marques. Ou comment véritablement passer d’une relation transactionnelle à une relation conversationnelle.

 

Voir aussi l’article > Sabre et Engie : Deux histoires de chatbot

 

Découvrez l’histoire des bots résumée en infographie :

Chatbot : l’histoire des bots résumée en infographie