INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Comment tirer le meilleur parti du cloud pour vos projets IA, IoT et HPC ?

En 2020, les entreprises « cloudless » seront aussi rares que les entreprises « internetless ». Cette prédiction de Gartner illustre à quel point le cloud revisite les systèmes d’information. Pourtant, nous n’en sommes encore qu’au début de l’histoire. Pour les projets exploitant le calcul haute performance, l’intelligence artificielle ou l’Internet des objets, le cloud apporte de nombreuses facilités, parfois encore sous‐estimées. Il faut dire que les entreprises sont plutôt concentrées actuellement sur la mise en œuvre de solutions de cloud hybrides. Les études, signées IDC ou North Bridge, confirment ce focus : 80% des grandes entreprises ont déjà adopté une stratégie de cloud hybride et près de la moitié d’entre elles estiment que ces stratégies vont se renforcer à l’avenir.

Quelle gouvernance IT à l’heure du cloud ?

Pour y parvenir, les entreprises doivent notamment déployer une gouvernance centralisée à l’échelle d’une infrastructure décentralisée. Incontournable pour garantir la flexibilité des usages et contribuer à combler le fossé qui peut séparer l’IT des métiers. S’il n’existe pas un chemin unique pour migrer vers le cloud hybride, les mêmes questions s’imposent en revanche à tous. Et parmi elles, une interrogation clé : quel niveau d’hybridation choisir ? De la « simple » interconnexion entre infrastructure publique et privée à la création d’applications conteneurisées capables de s’exécuter « on premise » et dans le cloud, cette hybridation peut prendre différentes formes. À chaque entreprise d’y répondre au regard de ses enjeux stratégiques.

Dans cet environnement, une certitude émerge : l’évolution du cloud (sa puissance de stockage, sa capacité de stockage, son intelligence intégrée) permet d’élargir son champ d’action, y compris aux applications critiques. Cette « criticité » peut concerner la sécurité des données traitées ou la puissance requise par les traitements mais, dans les deux cas, le cloud offre désormais de nombreuses garanties.

À titre d’exemple, le stockage multi‐zones (géographiques) offre aujourd’hui une maîtrise fine de la redondance des données tandis que l’agrégation de puissance permise par le cloud permet d’accueillir des applications de type HPC (High Performance Computing ou calcul haute performance). Notons aussi le recours croissant au Trusted Execution Environments (TEE), des enclaves sécurisées au sein desquelles seul un code dûment autorisé peut accéder à des données.

Quatre technologies innovantes pour se développer dans un monde numérique

Comment Dynamics 365 Business Central propose des outils familiers qui fournissent des informations intégrées, de l’intelligence et des workflows.

Lire

La formation des équipes, un projet à part entière

Toute entreprise peut‐elle bénéficier de ces avantages du cloud ? Oui, mais des travaux préalables s’imposent pour atteindre une gestion mature de l’infrastructure : virtualisation du stockage, standardisation des piles applicatives, automatisation de tâches administratives… Sans oublier, bien entendu, la formation des équipes. Un projet à part entière pour conduire le changement et garantir une adoption réelle et durable de l’environnement cloud et des méthodologies associées.

Adossées à une gouvernance pensée pour l’ère du cloud, outillées avec une stack et des pratiques matures, soutenues par des équipes formées au nouveaux environnements, les entreprises sont en mesure de tirer pleinement parti du cloud. Et tout particulièrement des dernières évolutions en matière d’intelligence artificielle.

Pas de projets IA pertinents sans une donnée de qualité

Si, selon Forrester, 57% des entreprises sont convaincues que l’IA va les aider à transformer la relation client, elles sont presque autant (58%) à se considérer encore dans une phase exploratoire de recherche et de qualification de solutions. Et pour cause : la notion d’IA embrasse un champ très large, de l’analyse sémantique (capacité à interpréter des signaux humains) au deep learning (capacité à modéliser les informations pour y détecter des attributs spécifiques, des corrélations…).

Pour naviguer dans les solutions, tout commence donc avec une détermination fine des usages et des données disponibles. De la qualité de ces dernières, dépend en grande partie la pertinence d’un projet IA. Nettoyer les données, les classer, s’assurer que la qualité est au rendez‐vous mais aussi la quantité : des travaux et évaluations indispensables sans lesquels il serait vain d’essayer « d’entrainer » des applications d’intelligence artificielle.

Si les usages de l’IA s’affinent de jour en jour, le cloud apporte pour sa part d’ores et déjà des gains d’agilité tangibles. Parce qu’il met à disposition outils, algorithmes et applications et fait économiser de nombreux développements. Parce qu’il embarque, aussi, des infrastructures spécialisées (processeurs FPGA, GPU…) pour ces usages. En résumé, les infrastructures cloud, via leur complétude logicielle et leur optimisation matérielle, démocratisent l’accès aux applications IA.

Microsoft Envision | The Tour

Une journée pour mettre l’intelligence numérique au cœur de votre stratégie métier. Evénement gratuit.

Se pré‐inscrire

Edge Computing ou comment le cloud s’adapte à l’IoT

Le fait que les données soient le carburant de l’IA explique en partie l’intérêt des entreprises pour l’Internet des Objets (IoT). En partie, car l’IoT représente aussi la promesse d’une supervision fine des ressources au service de leur optimisation. Gartner estime ainsi que le coût d’utilisation des machines dans l’industrie pourrait être réduit de 30% grâce aux machines intelligentes et à l’IoT. Mais, comme avec l’IA, pas de baguette magique ici : un projet IoT démarre d’abord avec une qualification poussée des scénarios et des process existants.

Une fois un usage identifié, l’étape du Proof of Concept (POC) s’impose avant d’envisager un déploiement plus large pour lequel le cloud offre plusieurs atouts. Par exemple : des services prêts à l’emploi pour collecter les données des différents réseaux et capteurs, des investissements maîtrisés grâce aux « Platform‐as‐a‐Service » (PaaS) facturées à l’usage, des outils d’intelligence artificielle pour bâtir des applications de maintenance prédictive, de prévision des ventes, de gestion des stocks

Surtout, le cloud peut soutenir le déploiement d’une infrastructure de edge computing : dans ce modèle, les données sont stockées et traitées au plus près de leur source mais l’ensemble est piloté depuis le cloud. Un modèle particulièrement adapté dans le cadre d’entreprises disposant de nombreuses implantations (sites industriels, dépôts…).

De l’IA à l’IoT, pour des applications courantes ou critiques, selon les modèles d’hybridation retenus, le cloud est prêt pour soutenir la transformation numérique des organisations. Et, avec elle, contribuer à leur développement.

Réinventez votre productivité commerciale avec Microsoft Dynamics 365

Découvrez comment améliorer l’expérience de vos clients, développer de nouvelles opportunités de croissance, gérer vos finances et améliorer vos processus d’entreprise grâce à des cas clients.

Télécharger