Quels sont les métiers du futur ?

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
Temps de lecture : 6 minutes
Isabelle ROUHAN
Présidente de Colibri Talent, agence de recrutement et d’outplacement / Entrepreneure, Conférencière, Chroniqueuse & Auteur  – Paris, FR

Après 20 ans de carrière dans le monde des médias et de la communication (notamment chez Facebook), Isabelle Rouhan prend un virage entrepreneurial en 2017 et fonde son cabinet de recrutement, Colibri Talent, spécialisé dans la transformation digitale.

 

Si les technologies ont su transformer nos modes de consommation, elles ont également su changer notre rapport au travail. En effet, face à l’accélération des innovations numériques, nous sommes aujourd’hui tous confrontés à une redéfinition de l’essence même de ce qu’est un parcours professionnel. Le sujet n’est plus l’emploi à vie mais à l’employabilité à vie. Dans cette perspective d’évolution exponentielle, l’accent est mis sur les soft skills plutôt que les compétences techniques – ces dernières pouvant vite devenir obsolètes – et sur une formation continue tout au long de sa carrière.

Bien qu’il soit impossible de prédire avec certitude l’évolution du monde du travail, peut-on d’ores et déjà dégager des tendances et anticiper les métiers qui seront en vogue demain ? Et surtout, peut-on anticiper ces évolutions pour éviter de se retrouver à nouveau dans la situation actuelle, où environ 200 000 postes sont à pourvoir dans le numérique en France sans candidats répondant aux critères des fiches de poste ?

Grâce à un travail d’analyse poussé, les auteures du livre « Les Métiers du Futur » tentent d’établir un travail de prospective avec l’aide d’experts, et proposent des fiches métier pour le futur. Celles-ci permettent d’y voir plus clair sur ces métiers qui n’existent pas encore, ou pas encore sous cette forme, et le degré d’automatisation des différents métiers.

Lire aussi   Comment se former aux métiers de l’intelligence artificielle ? 

 

  • - 15 millions d’emplois vont être créés d’ici 2025 d’après Eurostat
  • - La durée de vie d’une compétence technique dans les années 70 était de 20 ans. En 2025, elle sera de 1 an
  • - 85% des métiers de 2030 n’existent pas encore (Institut du Futur)
  • - D’ici à 2022, la moitié des heures travaillées en France vont devenir automatisables. Cela ne veut pas dire que 50% des métiers vont être remplacés, puisque seuls 5% des emplois vont potentiellement être automatisés dans les années à venir, mais qu’une partie des heures travaillées quotidiennement par une majorité d’entre nous seront bientôt automatisables. En effet, selon une étude McKinsey, 60% des emplois pourraient être partiellement impactés par l’automatisation dans les 2 prochaines années

 

 

Quels sont les métiers impactés par ce phénomène ?

En fonction du degré d’automatisation des fonctions, on peut regrouper les métiers du futur en 3 catégories :

  1. Evolution : avec une évolution de métiers existants, dont le scope sera partiellement redéfini : avocat, de coach, de professeur, de data scientist etc.
  2. Révolution : avec une transformation en profondeur de secteurs et de divisions d’entreprises.
  3. Innovation : avec l’apparition de nouveaux métiers qui n’existent pas encore sur le marché du travail.

Lire aussi   Intelligence Artificielle : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Guide de survie de l’Intelligence Artificielle

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ? Au-delà du « buzzword », quelle capacité a‑t-elle à changer votre quotidien, votre business, votre vie professionnelle et celle de votre collaborateur ?

Télécharger

Quels sont les métiers existants qui vont évoluer selon vous ? Comment le spectre de ces missions va-t-il évoluer ?

Certains métiers comme nous les connaissons aujourd’hui sont amenés à évoluer voire à fusionner. Le métier de « social seller » par exemple unit à la fois l’usage et la connaissance des réseaux sociaux, à une activité plus commerciale, à savoir l’objectif de génération de leads.

Dans la même veine, nous verrons de plus en plus de nouveaux types de « datas scientists » émerger.  Ils sauront manipuler à la fois les données et apporter à leurs clients une véritable expertise business.

Dans le domaine du droit, le métier d’avocat s’ouvre également à de nombreuses opportunités de changement : d’une part, grâce à l’essor de la « legal tech » et d’autre part, par l’automatisation de la recherche documentaire et de la rédaction d’actes standardisés.

Le secteur du journalisme n’est lui aussi pas oublié : les journalistes seront peut-être amenés à collaborer avec des robots journalistes (comme c’est déjà le cas en Chine) afin de pouvoir consacrer plus de temps à des tâches plus éditoriales.

Lire aussi   Tout savoir sur l’IA

 

Quand vous parlez de révolution, que voulez-vous dire exactement ? Ce sont des métiers qui vont subsister mais vont-ils connaitre une transformation plus radicale ?

L’impact sur cette catégorie de métiers est beaucoup plus marqué en effet. Au sein de celle-ci, nous retrouvons notamment le métier de « scrum master », faisant écho à une sorte de chef de projet 2.0. En effet, le responsable de projet devra adopter une approche véritablement agile, tout en pilotant les équipes et les éléments stratégiques, de manière à maximiser la productivité dans un temps imparti.

Le « neuromanager », quant à lui, devra gérer les équipes tout en prenant compte les émotions des collaborateurs afin d’assurer dans un premier temps une relation manager/managé plus personnalisée et dans un second temps, une meilleure adaptation des besoins émotionnels dans la relation.

Du côté de la médecine, les données vont permettre d’établir de meilleurs modèles prédictifs et à dépister des maladies avant même leur apparition. Les médecins deviendront en quelque sorte des « médecins augmentés » par le numérique.

Lire aussi   Numérique et IA : ou en sont les hôpitaux ?

Tirez parti de l’intelligence artificielle pour votre administration

Misez sur le développement de votre administration dans des scénarios prédictifs, où les services fournis s’appuient sur l’intelligence artificielle et d’autres technologies émergentes.

Lire

Innovation : Quels sont les secteurs où nous allons voir le plus de nouveaux métiers ?

Force est de constater que de nombreux métiers sont liés à l’éthique des algorithmes et des innovations technologiques, et cette tendance ne fait que s’accélérer. Rappelons-nous de Tay Tweets en 2016, une intelligence artificielle capable de converser avec les utilisateurs de Twitter, qui au bout de quelques heures, s’est mise à publier des propos vulgaires et racistes.  Dans le domaine du droit également, les algorithmes de justice prédictive ont déjà été en proie à des biais humains et à un manque de transparence.

L’éthique joue donc un rôle majeur dans les métiers d’avenir, tout comme la sécurité et la fiabilité des systèmes numériques. C’est la raison pour laquelle nous verrons de plus en plus de métiers incorporant ces enjeux tels que des « hackers éthiques » et des « éthiciens de l’intelligence artificielle ».

Lire aussi   Comment assurer l’équité des algorithmes ?

 

Comment anticiper ce changement alors ?

Il existe 3 clefs de succès pour augmenter l’employabilité :

  1. L’agilité et le réseau : aujourd’hui, il est de plus en plus commun d’occuper 6 à 9 emplois tout au long d’une carrière. Cela suppose alors de développer et d’entretenir son réseau professionnel, non seulement au sein de son entreprise mais également en dehors, avec tous les autres acteurs de son écosystème.
  2. La prise en compte des diversités : l’originalité et la différence de parcours professionnels sont des facteurs de performance importants pour les entreprises qui cherchent à élargir leur éventail de talents. Cela est particulièrement vrai dans les pays anglo-saxons aujourd’hui, mais cette tendance est amenée se généraliser.
  3. Apprendre à apprendre : dans ce monde qui évolue de plus en plus vite, il devient indispensable de se former en permanence. Cela se traduit concrètement par le fait de bénéficier de ressources mises à disposition par votre entreprise, en suivant des webinars, en participant à des évènements professionnels, en faisant des formations, en étant à l’écoute des nouvelles tendances de marché etc.

Contrairement à nos amis anglo-saxons qui accordent une plus grande importance aux compétences professionnelles, la France a tendance à se focaliser sur les types de diplômes obtenus et sur l’expérience acquise sur une tâche similaire.

La transition vers ces nouveaux métiers passe donc non seulement par un changement de mentalités des recruteurs et des employés par rapport à ces enjeux, mais aussi en démocratisant l’accès à la formation et à la mobilité au sein des professions. D’ailleurs, plus les perspectives d’évolution sont nombreuses, plus la curiosité et la motivation augmentent, entrainant alors plus d’épanouissement dans sa carrière professionnelle.

Ainsi, l’automatisation des tâches ne rime pas forcément à long terme avec « perte d’employabilité ».  Au contraire, les métiers d’aujourd’hui vont toujours exister mais vont se redéfinir et cela s’accompagnera d’une massification d’outils de formation.

Le film Matrix disait il y a maintenant plus de 20 ans « N’envoyez jamais un humain faire le travail des machines », mais je vous rassure : l’inverse reste tout aussi vrai.

TPE/PME : Entreprendre l’esprit libre grâce au numérique

Ce guide vous présente ces diverses solutions à travers trois grands axes : 1) Simplifier la vie des entrepreneurs ; 2) Garantir l’activité et la performance ; 3) Favoriser l’innovation

Télécharger

 

close popup close popup

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Le Best-Of de nos articles tous les mois

Je m'inscris