Smart building & smart home : bienvenue dans un environnement intelligent
INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Smart building & smart home : bienvenue dans un environnement intelligent

Le smart building et la smart home, ce sont de nombreuses promesses : des économies d’énergie, une meilleure gestion de l’espace, davantage de confort et de sécurité pour les occupants… Eclairage avec deux experts.

 

Xavier Perrin est le directeur immobilier de Microsoft Europe, il gère près de 400 000 m², dans plus d’une quinzaine de pays en Europe, et a mis en place avec ses équipes des solutions qui lui permettent d’optimiser l’espace dans les différents bâtiments.

Fred Potter est le fondateur et dirigeant de Netatmo, une entreprise qui propose des produits connectés pour la smart home : thermostats, caméras de sécurité, stations météo…

A l’occasion d’Experiences 18, tous deux ont partagé leur expertise, offrant un regard croisé sur les enjeux du smart building et de la smart home. Moments choisis.

Pourquoi utiliser des solutions de smart building ou de smart home ?

 

Xavier Perrin : Chez Microsoft, notre objectif est double. D’abord, il s’agit de mieux gérer nos ressources, en évitant les surfaces inutiles, mais aussi de faire en sorte que la vie des collaborateurs soit plus simple au quotidien.

 

Pour cela, nous avons mis en place une solution qui nous permet de mesurer le nombre d’occupants dans nos immeubles (Quels sont les pics de présence ? Y a-t-il des moments où les locaux ne sont pas occupés ?), afin de construire et de dimensionner notre espace de manière efficace.

 

Etude IDC | Projets IA : quelles réalités ?

Quels sont les usages privilégiés par les entreprises pour l’intelligence artificielle ? Quel est le statut des projets ? Les réponses dans cette étude

Télécharger l’étude

 

Aujourd’hui, nous avons 1 800 collaborateurs en France, pour un campus qui compte 1 200 places…. Et nous comptons réduire encore ce nombre, pour nous assurer que le nombre de postes correspond bien au pic du nombre de personnes présentes en même temps dans les locaux.

 

Au-delà de la détection de présence, nous avons également installé des capteurs pour mesurer l’occupation réelle de nos locaux. Ce que nous constatons, c’est qu’en général, les postes de travail sont utilisés 50% du temps, car nos collaborateurs sont souvent en réunion ou chez nos clients. Nous avons près de 10 000 salles de réunion dans le monde, nous avons donc un enjeu à savoir si elles sont bien utilisées. Pour cela, nous travaillons sur des caméras basse résolution capables de détecter et compter les silhouettes.

 

Au départ, notre objectif était vraiment d’économiser de l’argent, mais finalement, aujourd’hui, nous nous apercevons que le fait de permettre aux gens de travailler différemment génère des gains de productivité qui sont bien supérieurs aux économies que nous faisons en termes de m² – même si cela reste bien sûr intéressant.

 

 

Fred Potter :  Nous voulons que les utilisateurs puissent rendre leur maison intelligente, grâce à des produits qu’ils installent eux-mêmes (thermostats, détecteurs de fumées, caméras de surveillances…) ou qui sont installés par des professionnels (radiateurs, chauffe-eau ou mêmes prises électriques connectées…).

 

Nous faisons face à deux problématiques. La première, c’est la facilité d’installation. Le consommateur n’a aucune patience, si bien que, quand on lui livre un bien physique, s’il n’est pas installé dans les 15 minutes, il le remet dans le carton et le renvoie. C’est pareil pour les professionnels : ils ne veulent pas de problèmes d’installation, car le temps, c’est de l’argent !

« La complexité est un frein à l’adoption »

 

La simplicité est également essentielle : le consommateur veut des produits intuitifs, et nous faisons preuve d’empathie vis-à-vis de ses besoins.

 

Xavier Perrin : L’enjeu de simplicité est aussi présent dans les entreprises. Les collaborateurs attendent des technologies utilisables tout de suite, et qui soient aussi transparentes.

 

A lire aussi : Comment mieux collaborer pour mieux innover ? avec Pascal Pick 

 

Transformer le secteur de la vente au détail à l’ère numérique

Dans cet article, nous abordons les possibilités qu’a le commerce de détail de grandir, s’adapter et évoluer pour répondre aux besoins changeants des clients et de capturer de nouvelles opportunités.

Télécharger

Les solutions de smart building et de smart home riment-elles nécessairement avec l’intelligence artificielle ?

 

Fred Potter : Nous sommes pionniers sur l’IA, car en 2015, nous avons lancé une caméra résidentielle à détection faciale qui repère les mouvements et les silhouettes, mais qui peut aussi identifier les personnes afin de notifier l’utilisateur en cas d’intrusion d’un inconnu.

A l’époque, nous avons fait le choix de faire tourner les algorithmes dans le produit lui-même, plutôt que dans le cloud, pour des raisons de transparence, de sécurité et de confidentialité. C’était un véritable enjeu technique, mais aujourd’hui, c’est un argument commercial important.

 

Xavier Perrin : Concernant l’intelligence artificielle, nous voyons des perspectives dans la maintenance. Nous pouvons faire des prédictions concernant le nombre de collaborateurs présents à une date donnée – nous le faisons déjà pour nos parkings. Cela nous permet de mieux nous organiser en termes de restauration, d’entretien, de nombre de personnes présentes à l’accueil…

Nous sommes aussi en train de travailler avec Sodexo pour mettre en place un dispositif qui reconnaît ce qu’il y a dans les plateaux de nos selfs, et qui, s’ils le souhaitent, pourra aussi identifier les collaborateurs. L’objectif est de réduire à la fois le temps d’attente et les erreurs de caisse.

 

A lire aussi : Utilisation de l’intelligence artificielle : s’approprier l’IA dès aujourd’hui

Netatmo a mis en place de nombreux partenariats industriels. C’est indispensable ?

 

Fred Potter : Nous avons de nombreux partenaires, comme Velux, Legrand, Airelec… C’est très important, demain, il n’y aura pas une chaudière, un chauffe-eau ou un radiateur sortant d’usine qui ne sera pas connecté. Pour les acteurs comme nous, il y a un enjeu à faire adopter nos technologies aux industriels… Autrement, nous risquons la sortie du marché. Et il y a une vraie opportunité : en ce moment, des secteurs comme le chauffage travaillent à la transition énergétique, donc ils sont très occupés et préfèrent faire appel à des partenaires pour tout ce qui concerne la partie connectée. De notre côté, nous ne saurons jamais faire de fenêtres de toit ou de chauffe-eau, donc nous avons aussi besoin de ces industriels.

 

L’IA dans la distribution : transformer le marché

Démarquez votre commerce de détail de ses concurrents avec l’intelligence artificielle (IA). Consultez l’Ebook interactif.

Télécharger

Comment concevez-vous vos produits ?

 

Fred Potter : Nos produits sont conçus dans une approche top down : nous passons énormément de temps à déterminer ce que nous pouvons faire – à partir de cas d’usages – et ensuite, nous ajustons avec les premiers retours de nos clients. En fait, dans un marché nouveau comme celui de la smart home, le consommateur ne sait pas ce qu’il veut, car il ne sait pas ce qui est possible, c’est pour cela que nous adoptons des process descendants.

 

Xavier Perrin : Dans le monde des bureaux, par défaut, personne ne veut rien. Pourquoi ? Parce que c’est plus simple et que de cette façon, pas besoin de se remettre en cause. Après, quand on travaille sur un immeuble de 2 à 3 000 personnes, il faut que tout le monde soit d’accord. Nous menons des études de satisfaction chaque année, auprès de 50 000 collaborateurs, nous savons donc ce que les personnes pensent, immeuble par immeuble.

 

A Amsterdam, il y a 10 ans, nous avions un poste de travail par personne, aujourd’hui, c’est un poste de travail pour quatre personnes. Et il n’y a pas eu de résistances : nous avons expliqué comment nous allions faire, ce que nous avions mesuré… Et tout le monde l’a bien compris !

Nous rencontrons beaucoup de clients qui ont un intérêt pour l’immobilier, le cœur de notre stratégie est de rendre factuel des discussions qui pouvait être subjectives.

Les bases de l’intelligence artificielle pour votre entreprise

Préparez-vous à rejoindre le 85 % des entreprises qui utiliseront l’intelligence artificielle d’ici 2020.

LESCONSEILSRETENIR

 

  1. La facilité d’installation et d’utilisation sont essentielles : si le consommateur ou le collaborateur a des difficultés à prendre en main la technologie, il ne l’adoptera pas !
  2. Les secteurs du smart building et du smart home sont relativement nouveaux, par conséquent les utilisateurs ne savent pas encore ce qu’ils veulent… Car ils ne savent pas ce qui est possible ! C’est donc aux entreprises d’être force de proposition, tout en étant bien sûr à l’écoute des retours des consommateurs et des collaborateurs.
  3. Travailler différemment – avec des postes non attribués, davantage de télétravail, des espaces de réunion rationnalisés – génère des gains de productivité, qui peuvent même être supérieurs aux économies de m². Pour les entreprises, offrir aux collaborateurs la possibilité de travailler dans une modern workplace est un véritable vecteur de compétitivité.

 

Alors, prêt à passer à un smart environnement ?