Modernisation des plateformes digitales : enjeu clé d’une sortie de crise réussie

CLOUD & INFRA
Temps de lecture : 4 minutes

Les entreprises qui traversent le mieux la crise sanitaire ont su s’appuyer sur des plateformes digitales agiles et fonctionnelles. De la containerisation aux services cognitifs, Microsoft propose l’ensemble des briques pour à la fois les moderniser et enrichir l’expérience utilisateur.

La crise du Covid-19 aura mis en lumière, parfois douloureusement, l’importance de disposer de plateformes digitales performantes et résilientes. Durant le confinement, les applications mobiles, les sites institutionnels ou d’e‑commerce ont souvent été le seul point de contact entre les entreprises et leurs clients. Certaines plateformes ont toutefois montré leurs limites en s’effondrant avec la hausse soudaine du trafic. Ce fut notamment le cas de sites marchands proposant la livraison à domicile.

L’un des principaux enjeux de sortie de crise consiste donc à moderniser et optimiser ces plateformes vitales pour l’activité économique. Il s’agit aussi de répondre aux exigences de plus en plus fortes des consommateurs. Habitués à des services numériques ultra-performants, ils sont de moins en moins indulgents sur les incidents ou les temps d’attente. La concurrence est à portée de clic et les internautes n’hésitent pas à zapper.

Moderniser les plateformes pour rester compétitif

La modernisation des plateformes intervient aussi bien sur la partie back-end que front-end. L’interface doit proposer une expérience utilisateur à la fois riche et fluide. Par le biais d’un chatbot ou d’un module de détection des sentiments, l’intelligence artificielle permet de personnaliser le parcours client. Côté back-end, deux mots d’ordre : flexibilité et scalabilité, pour évoluer au fil de l’eau tout en absorbant les pics d’activité.

Du CaaS au FaaS en passant par le PaaS

Le CaaS – Container as a Service

Première étape : basculer l’existant dans le cloud. L’entreprise peut ensuite passer à l’étape suivante, la containerisation. Le CaaS ressemble par ses caractéristiques au IaaS (Infrastructure as a Service) à une exception près : l’hébergement cloud. Comme son nom l’indique, cette technologie consiste à encapsuler une application afin de pourvoir l’exécuter sur n’importe quel serveur sans se soucier de l’infrastructure sous-jacente. Une fois containerisée, elle peut être découpée en micro-applications. Il est ainsi possible de mettre à jour un composant de la solution sans nuire aux autres et d’éviter ainsi toute interruption de service. La solution open source Kubernetes s’est imposée pour industrialiser le déploiement, la mise à l’échelle et l’orchestration d’architectures de micro-services et d’applications containerisées. Microsoft propose une version managée avec Service Azure Kubernetes (AKS).

Le Paas – Platform as a Service

Microsoft est leader sur le PaaS, selon une étude de Gartner datée d’avril 2019. Avec le PaaS, nous passons au niveau supérieur d’abstraction puisqu’il s’agit de proposer un environnement complet de développement et de déploiement uniquement dans le cloud : finis les coûts de maintenance et d’hébergements. Les utilisateurs payent uniquement à l’utilisation.

Le FaaS – Function as a Service

L’étape ultime de l’optimisation des plateformes : passer au serverless. Dans ce type d’architecture, l’utilisateur n’utilise plus ses propres serveurs, sources de coût de maintenance et de sécurité. Il peut se concentrer sur le développement de l’application plutôt que sur la gestion des serveurs, et paye à l’utilisation. Dans ce mode « sans serveur », l’entreprise délègue la configuration, l’administration et l’évolutivité de l’infrastructure au cloud provider. On parle aussi de FaaS (Function as a Service) Azure Functions sur Microsoft, car le code s’exécute quand des « fonctions » sont activées suite à un événement. Par exemple, un capteur placé sur un objet connecté déclenchera, une alerte si la température dépasse 18°C. En deçà, le service est en veille et l’entreprise ne paie pas pour son utilisation. Le FaaS est idéal pour les applications qui ont besoin de ressources uniquement lorsqu’elles sont appelées (IoT, chatbot).

Outiller les développeurs

L’optimisation des plateformes passe par un meilleur outillage des développeurs. Une fois encore la crise sanitaire a servi de révélateur. Durant la période de confinement, les développeurs ont dû continuer à itérer le code tout en restant connectés avec leurs pairs. À cet égard, Microsoft dispose d’une large gamme de solutions pour améliorer la productivité individuelle (Visual Studio Codespaces, Visual Studio IntelliCode, Visual Studio Code Remote Development) comme la collaboration à distance (Visual Studio Live Share, Azure DevOps, GitHub).

Il y a une forte corrélation entre l’efficience des développeurs et la maturité numérique d’une organisation. Fin mai 2020, Microsoft a dévoilé Developer Velocity, un index conçu par le cabinet McKinsey permettant aux CIO, DSI ou décisionnaires techniques d’évaluer en ligne le niveau d’agilité de leurs équipes de développement, de se benchmarker et d’avoir accès à des recommandations. Cette étude a par ailleurs mis en avant le lien entre l’agilité des développeurs et l’accélération du business.

Impliquer tous les collaborateurs avec le Low Code

L’optimisation des plateformes n’est pas l’apanage des seuls développeurs. Elément clé de la plateforme Dans le cadre de la crise du Covid-19, Resah-Conseil en partenariat avec Capgemini Invent ont développé la solution Log Assist, grâce à Power Platform, Azure et Office365. Log Assist est une plateforme applicative complète permettant d’optimiser le pilotage des flux.

Et pour impliquer davantage les équipes business à la création de valeur, il existe de nouvelles démarches méthodologiques comme le BizDevOps ou l’approche Innersource. Celle-ci consiste à transposer les bonnes pratiques du monde open source comme la transparence, l’entraide ou la participation des équipes aux prises de décisions des collaborateurs non IT de l’entreprise.

Des plateformes pour améliorer la gestion d’événements et de logiques métiers

Enfin, Microsoft propose également Event Grid pour la gestion des événements et Logic Apps pour intégrer des logiques métiers comme l’envoi automatisé d’un courriel à tout nouvel inscrit à un service en ligne. Ainsi modernisée, il est possible de enrichir la plateforme de toute une panoplie de services cognitifs que l’on retrouve sur le portail d’Azure comme la reconnaissance d’images, la traduction automatique, l’analyse sémantique ou un moteur de recherche étendu.

 

Crédit photo : https://unsplash.com/photos/DB3J_gQKuTI

 

 

Shirin Mohammadi
App Innovation Product Marketing Manager, Microsoft France