Adieu silicium, hello ordinateurs quantiques 1/3
INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Adieu silicium, hello ordinateurs quantiques 1/3

David Rousset
David Rousset

Un mot sur l’auteur : Senior Program Manager chez  Microsoft, David Rousset est membre du team DX Corp TED, une division en charge de l’évangélisation et des relations avec les développeurs. Il est également co-auteur de babylon.js and vorlon.js. Cet article a été initialement publié sur son blog.

À propos de cet article : cet article fait suite aux 2 podcasts que Deltakosh, Meulta et moi-même avons en partie consacrés à l’ordinateur quantique et à la physique quantique. Vu le succès de ces épisodes et vos retours, j’ai décidé d’en faire un article. Attention : pour ceux qui ne nous connaissent pas, ces podcasts sont souvent à prendre au second degré ! Nous serons heureusement plus sérieux ici.

 

La fin du silicium et l’arrivée de l’ordinateur quantique

Nous n’en avons pas conscience tous les jours mais l’industrie informatique est à l’aube d’un changement majeur : la loi de Moore, telle que nous la connaissons aujourd’hui, va s’arrêter d’ici 3 à 4 ans maximum. L’ère de la puce Silicium vit ses derniers moments de gloire. Les processeurs, les ordinateurs, la manière de programmer vont sûrement radicalement changer dans très peu de temps.

 

Relevez vos défis Big Data et IA

Explorez trois cas d’usage Azure Databricks : un modèle d’analyse des désabonnements, un moteur de recommandations et une démonstration de détection d’intrusion

Télécharger

L’Intelligence Artificielle

Mais avant de tenter de vous expliquer pourquoi tout va bientôt changer, revenons sur ce qui agite l’actualité des derniers mois. Nous parlons beaucoup de plusieurs grandes thématiques qui émergent ou vont bientôt émerger. Et la plus emblématique d’entre elles est sans nul doute l’IA ou Intelligence Artificielle. Tout le monde en parle avec plus ou moins de bonheur et plus ou moins de fantasmes. C’est également devenu un fourretout à tous les trucs cools du moment.

Une des applications intéressantes que vous utilisez déjà presque tous les jours est par exemple la reconnaissance vocale. On la retrouve dans les serveurs téléphoniques vocaux, dans vos smartphones avec Cortana, Siri et autres Alexa. Mais ce que nous n’avez peut-être pas noté, c’est que la qualité de cette reconnaissance par une machine a atteint très récemment celle d’un être humain : Historic Achievement : Microsoft researchers reach human parity in conversational speech recognition et a donc très fortement progressée ces 5 dernières années.

L'IA, un potentiel inoui...
L’IA, un potentiel inoui…

Nous exposons également des services dans le fameux « Cloud » pour reconnaitre des images automatiquement et en faire des transcriptions. A chaque fois que j’y pense, cela me retourne la tête. N’importe quel développeur est forcément subjugué par les algorithmes mis en œuvre. C’est le cas chez Microsoft avec Cognitive Services Computer Vision API où vous pouvez découvrir ses capacités en jouant avec cette démo : https://www.captionbot.ai. Tous les principaux acteurs du marché se positionnent sur ces nouvelles offres. Facebook utilise des algorithmes similaires. Vous les avez d’ailleurs déjà forcément vu en œuvre lorsque l’on vous propose de tagguer automatiquement vos amis en reconnaissant leurs visages sur les photos que vous postez. Il y a également IBM avec Watson Visual Recognition et Google Cloud Vision API.

 

Bien sûr, il y a un côté terrifiant à ces nouvelles technologies, notamment lié à l’avenir de nos vies privées mais également sur des sujets plus fondamentaux encore. Pour vous donner une idée, je vous invite à regarder cette excellente vidéo de Laurent Alexandre : Impact de l’Intelligence Artificielle sur l’économie – Laurent ALEXANDRE au Senat (HD) sur laquelle il faut également savoir prendre du recul. Mais, comme il le dit justement, aujourd’hui, nous les français, « en matière d’Intelligence Artificielle, nous sommes un pays du tiers monde ».

 

Créez votre premier bot intelligent avec l’IA Microsoft

Dans cet Ebook, Anand Raman et Wee Hyong Tok de Microsoft fournissent une feuille de route complète permettant aux développeurs de construire leur première application dotée de l’IA.

Télécharger

 

Mais l’IA dispose également d’un potentiel inouï pour améliorer le quotidien de millions de personnes. Nous en avons fait la démonstration lors de la //BUILD 2016 avec Saqib Shaikh utilisant ces services couplés à une paire de lunettes « intelligentes » pour lui permettre de « voir » le monde qui l’entoure : Microsoft Cognitive Services : Introducing the Seeing AI project. Facebook vous propose également un texte alternatif à la photo que vous allez poster pour en améliorer son accessibilité pour les personnes aveugles et mal voyantes : Under the hood : Building accessibility tools for the visually impaired on Facebook. Tout cela m’a inspiré pour créer une extension permettant de reconnaitre l’image d’une page web et de la décrire à une personne potentiellement aveugle : Creating an extension for all browsers : Edge, Chrome, Firefox, Opera, Brave and Vivaldi. On peut aujourd’hui mettre en place de telles solutions en une dizaine de lignes de code !

Ces dernières années, dans les sujets plus typés science-fiction (mais qui sont pourtant déjà là), nous avons pu également voir successivement un ordinateur battre un joueur humain aux échecs, au jeu de Go et plus récemment au poker, ce qui inquiète nettement plus les experts. On parle également fréquemment de la voiture autonome de Tesla et de Google. Plus récemment, Microsoft a commencé à développer une IA, DeepCoder, capable d’écrire du code !

Alors pourquoi l’IA émerge à ce point à cette période précise ? En effet, d’après Wikipedia, le concept d’intelligence artificielle a démarré avec Alan Turing et son fameux test en 1950. Pourquoi a-t-il fallu autant de temps pour en voir les premiers résultats tangibles et concrets ?

C’est qu’il fallait la convergence de 3 domaines clés : la donnée, l’infrastructure pour la capter/gérer/traiter et la puissance de calcul des puces pour la digérer. Soit en traduction technologique : le big data, le Cloud/Machine Learning (Apprentissage automatique)/Deep Learning (Apprentissage profond) et les CPU/GPU. Bref, l’équation magique semble être : IA = Big Data x Machine Learning x CPU.

 

SQL-Server-and-Deep-Learning

 

En effet, pour pouvoir créer une intelligence artificielle qualifiée de « faible » par certains, donc dans un premier temps spécialisée (reconnaissance vocale, d’image, sémantique, de visage, etc.), il faut d’abord entrainer un modèle avec un algorithme particulier. La première pièce est la donnée, ou plutôt la quantité de données. En effet, il faut avoir de gigantesques volumes de données pour les injecter dans une boîte noire que l’on appelle le Machine Learning.

Ces données peuvent être vous et vos habitudes de navigations dans le cas des réseaux sociaux ou ciblages publicitaires. Mais également les données de votre smartphone ou de votre véhicule pour le trafic routier/voitures autonomes, les données médicales comme votre rythme cardiaque avec les objets connectés, etc. Dans le domaine du jeu vidéo, une autre application que vous avez peut-être connue est Kinect. Pour pouvoir reconnaître vos gestes et votre « squelette », du Machine Learning a été utilisé à partir d’enregistrements vidéos de plusieurs milliers d’êtres humains comme l’explique cette vidéo : Real-World Machine Learning : How Kinect Gesture Recognition Works.

En termes d’architecture, il faut des moyens colossaux pour aspirer ces données et pour mettre en place ce Machine Learning ou Deep Learning en termes de matériel, réseaux et logiciels. Ils sont actuellement déployés dans d’énormes Data Center que l’on appelle le Cloud, vendus par des sociétés comme Microsoft, Amazon ou Google.

Voilà qui explique en partie les raisons de son émergence. En complément de tout cela, je vous invite également à lire l’article de mon collègue Pierre-Louis Xech : Cyclogenèse de l’IA qui propose un angle intéressant.

 

Testez Azure gratuitement

Un crédit de 170 € offert pour tester cette solution complète, souple et sécurisée.

Essayer gratuitement

 

De mon côté, je m’intéresse à cette transformation pour 2 raisons principales. L’une est purement professionnelle. Cette transformation profonde à venir de l’industrie informatique me fascine autant qu’elle m’inquiète. Vais-je être capable de m’adapter aux nouvelles connaissances nécessaires ? Il est certain que l’IA va remplacer de nombreux postes/métiers « facilement » automatisables. Mais cela va-t-il également remplacer le métier de développeur et si oui à quelle échéance ?

Bref, en fonction du point de vue, il semblerait que nous allons devenir les acteurs de notre propre destruction ou au contraire les bâtisseurs d’un monde meilleur. J’aime par exemple cette phrase : « La puissance des algorithmes n’est ni un rêve ni un cauchemar : elle est les deux en même temps, et s’orientera selon ce que nous en ferons. La plupart des grandes innovations ont ainsi questionné la société » issue de cet article : Algorithmes, voitures autonomes, big data : bienvenue dans le pire des mondes digitaux

Pour ma part, je suis un éternel optimiste jusque dans mes modestes essaies de science-fiction : Les H-Men : une anomalie génétique couplée à la technologie pour de supers pouvoirs. Même si cela relève bien sûr du délire de geek que je suis, je pense sincèrement que l’IA pourra aider des enfants handicapés comme mon fils Nathan. C’est donc, vous l’aurez compris, la deuxième raison de mon fort intérêt pour l’IA et de l’informatique quantique. Ils pourraient grandement aider les projets actuels gérés par Microsoft autour de la génomique : MSR GenomicsMicrosoft Genomics.

Mais pourquoi cette longue introduction autour de l’IA alors que je vous ai promis de parler d’ordinateur quantique ?

Rappelez-vous de ma fausse équation magique : IA = Big Data x Machine Learning x CPU.

Il y a un truc qui va clocher. Le CPU. On avait pris l’habitude depuis les années 70 de voir nos chers CPUs doubler la quantité de leurs transistors tous les 2 ans et donc voir leurs performances virtuellement augmenter de manière exponentielle. Bah désolé, la fête est bientôt finie.

Retrouvez ici la suite de cet article.