Windows Virtual Desktop : la virtualisation du poste de travail à l’ère du cloud public

NEW CULTURE OF WORK
Temps de lecture : 6 minutes

Avec Windows Virtual Desktop, Microsoft propose d’exécuter les applications de Windows 7, Windows 10, Office 365 ou d’éditeurs tiers dans l’environnement d’Azure. Enrichi par le partenariat avec Citrix, ce nouveau service s’inscrit dans le contexte de généralisation du télétravail.

Le confinement généralisé qu’impose la crise sanitaire du Covid-19 conduit les entreprises partout dans le monde à penser différemment l’organisation du travail. Ces circonstances de blocage que l’on qualifiait autrefois d’exceptionnelles sont appelées à se multiplier. Quelle que soit leur taille, les entreprises doivent faire preuve de résilience afin d’assurer la continuité de l’activité.

Longtemps à la traîne sur le télétravail, la France rattrape son retard à marche forcée. Le changement de cadre légal plaide dans ce sens. Depuis les ordonnances travail de septembre 2017, le télétravail est devenu un droit pour l’employé. Et le rapport est inversé. L’employeur qui s’y oppose doit le justifier par des impératifs liés au fonctionnement de son entreprise. Les Français ont rapidement adopté le réflexe du travail à distance. Selon un sondage réalisé fin février par Opinionway pour Microsoft, 42% des télétravailleurs pendant les grèves de décembre étaient des « primo télétravailleurs ». Et parmi ces derniers, 91% avaient l’intention de poursuivre cette pratique.

Apprenez à déployer une plateforme Windows Virtual Desktop !

Dans ce 1er webinar en 6 parties, nous verrons comment configurer tous les prérequis pour mettre en service un tenant Windows Virtual Desktop et déployer un premier pool d’hôtes Windows 10 avec Office

Je regarde

Vivre partout la même expérience collaborateur

Cette généralisation du télétravail rappelle l’importance de la virtualisation du poste de travail. Le collaborateur doit pouvoir vivre la même expérience qu’il se trouve dans les murs de l’entreprise, à son domicile ou en situation de mobilité tout en ayant accès à l’ensemble de son écosystème applicatif grâce à ce que l’on appelle le DaaS (Desktop-as-a-Service).  Cette virtualisation permet de faire abstraction de l’hétérogénéité des équipements en entreprise, qui s’est accentué avec le phénomène du BYOD (Bring your own device). Les applications s’exécutent dans un même environnement sécurisé quel que soit le terminal personnel ou professionnel – poste fixe, ordinateur portable, tablette, smartphone – ou le système d’exploitation – Windows, Linux, iOS, Android.  Cette approche DaaS se prête particulièrement bien au travail nomade, au télétravail et offre également aux intervenants externes ou aux contractuels la possibilité d’accéder aux applications de l’entreprise. Elle permet de s’assurer que l’accès au système d’information s’effectue conformément à la politique de sécurité et au cadre réglementaire.

En soi, le concept de virtualisation du poste de travail n’est pas nouveau puisqu’il remonte à plus d’une dizaine d’années. Les entreprises pionnières ont dû faire face à un certain nombre de défis techniques et économiques. Elles devaient disposer en interne de l’infrastructure ad hoc et de compétences pointues. Quant aux promesses de réductions de coûts induites par le passage des PC traditionnels aux terminaux légers, elles ont souvent été limitées par les investissements initiaux nécessaires dans les datacenters opérés à demeure.

« L’arrivée à maturité du cloud public a changé la donne, estime Florent Chambon, Cloud solution architect à la division Azure infrastructure & innovation applicative chez Microsoft France. Le cloud devenant la norme d’exploitation, les entreprises profitent de l’évolution d’un modèle historique Capex vers un mode Opex qui accompagne naturellement les offres « As a Service. Le télétravail qui répond à des besoins ponctuels se prête idéalement au paiement à l’usage ». Scalable, le cloud permet également de démocratiser le recours aux solutions DaaS qui s’adressent à de petites structures comptant quelques collaborateurs jusqu’aux grands comptes du CAC 40 . Grande distribution, secteur public, monde bancaire, bureaux d’études dans l’ingénierie ou établissements de santé… tous les secteurs d’activité sont concernés. Et même au-delà du monde de professionnel : les établissements scolaires peuvent ainsi permettre aux étudiants de retrouver toutes les applications/logiciels qu’ils ont l’habitude d’utiliser en classe, et nécessitant des licences ou un matériel spécifique.

Virtualisation des  applications et des bureaux avec Windows Virtual Desktop

C’est dans ce contexte favorable que Microsoft a lancé Windows Virtual Desktop (WVD) en disponibilité générale dans le monde entier depuis le 30 septembre dernier. Ce nouveau service permet de virtualiser le bureau et les applications Windows 7, Windows 10 et Windows Server, Office 365 mais aussi des solutions d’éditeurs tiers en les exécutant dans des machines virtuelles Azure. WVD permet également l’accès aux dernières fonctionnalités de Windows et d’Office 365 de manière managée et sécurisée, sans les coûts d’une infrastructure IT supplémentaire. L’effort d’administration est ainsi réduit pour se concentrer sur la gestion du catalogue d’image et la définition des stratégies de sécurité. Avec la virtualisation des postes de travail Windows 7, Microsoft garantit des mises à jour pour cet OS jusqu’en janvier 2023, bien après la fin officielle du support, intervenue le 14 janvier dernier.

Rapport Magic Quadrant 2019 de Gartner – systèmes de bases de données

Lisez les dernières études pour faire des choix informés sur les solutions de systèmes de gestion de base de données sur ce marché de plus en plus concurrentiel.

Télécharger

Un bureau virtuel ultra sécurisé

L’entreprise garde la maîtrise de sa politique de sécurité en administrant elle-même son environnement Azure. Elle peut aussi adopter une approche hybride où les serveurs applicatifs et base de données restent dans ses salles machine ou dans celles de son hébergeur. Le service ExpressRoute permet de créer des connexions réseaux privées entre des infrastructures on-premise et les centres de données d’Azure. rappelle Florent Chambon. Du côté utilisateur, les prérequis sont basiques. Il n’a besoin que d’un terminal doté d’un navigateur compatible HTML 5 et d’une bonne connexion ADSL ou 3G/4G.

Avec deux régions en France – Centre (Paris) et Sud (Marseille) – Microsoft Azure est proche de ses utilisateurs. Cette implantation locale répond, par ailleurs, aux enjeux de localisation des données. « Les organisations choisissent l’emplacement où elles souhaitent héberger les environnements d’exécution et les données qui y transitent », poursuit Florent Chambon. Avec ses zones de disponibilité, Microsoft propose des niveaux d’engagements de service (SLA) garantissant un accès aux machines virtuelles à 99,99% du temps.

Les points à retenir sur la transformation des postes de travail avec Windows Virtual Desktop

Avec le développement du télétravail, l’accès au matériel numérique est donc indispensable pour assurer à chaque collaborateur des conditions de travail équivalentes à ce qu’il connaît sur son lieu de travail habituel. Une évolution du travail désormais facilitée par la simplification de la gestion du parc informatique. Avec le service Windows Virtual Desktop, solution DaaS (Desktop-as-a-Service) via cloud, le collaborateur a accès à l’ensemble de l’écosystème applicatif de l’entreprise. La virtualisation de ce poste de travail lui permet également d’utiliser son propre PC, ce que l’on appelle le BYOD (Bring your own device).

Sécurité des données :

L’entreprise garde sa politique de confidentialité qui reste la même qu’à l’intérieur de ses locaux. Les données sont sécurisées sur le cloud avec le service ExpressRoute qui permet de créer des connexions réseaux privées entre des infrastructures on-premise et les centres de données d’Azure.

Réduction des coûts de gestion :

Windows Virtual Desktop permet également à chaque collaborateur ou intervenant externe d’accéder facilement aux dernières fonctionnalités de Windows et d’Office 365 sans les coûts d’une infrastructure IT supplémentaire. La création d’un poste de travail Windows Virtual Desktop est possible n’importe où, n’importe quand pour une durée minimale d’un mois.

Citrix, un partenaire de confiance pour perfectionner l’expérience collaborateur

Pour optimiser l’expérience collaborateur, Microsoft fait appel à Citrix, . Les outils de management de Citrix viennent enrichir WVD avec

des consoles de pilotage et de supervision facilitant l’exploitation de la solution, des fonctionnalités comme la mise à l’échelle automatisée permettant d’allumer ou d’éteindre les bureaux virtuels en fonction du volume d’utilisateurs ou encore l’amélioration des performances de l’environnement de travail. Citrix SD-WAN optimise la bande passante pour les accès aux applications SaaS, notamment Office 365.

La technologie HDX de Citrix permet d’offrir la meilleure expérience utilisateur possible sur un réseau local, mobile ou WAN, y compris pour des applications riches de CAO/DAO nécessitant des capacités graphiques de traitement 3D. De même, HDX optimise les flux audio vidéo dans Microsoft Teams, la plateforme collaborative d’Office 365.

La technologie Citrix Cloud s’interface nativement avec WVD pour profiter de toutes les innovations de Citrix avec la version multisession de Windows 10 Entreprise. Pour rappel, cette version du système d’exploitation permet à plusieurs utilisateurs de se connecter au même VDI (Virtual Device Interface ou bureau virtuel). Côté IT, il n’est plus nécessaire de déployer autant de postes virtuels que d’utilisateurs.

 

Credit photo : Photo by Christina @ wocintechchat.com

https://unsplash.com/photos/41f-jDYwHlg

 

Découvrez Azure Cognitive Services

Lancez ou poursuivez le développement de votre IA avec ce guide complet sur l’intégration et la combinaison d’API intelligentes disponibles dans Azure Cognitive Services.

Télécharger