Education, entreprise, digital : quand l’inclusion et l’accessibilité profitent à tous

Temps de lecture : 7 minutes

L’inclusion est un formidable levier d’innovation : lecture immersive, sous-titrage, dictée vocale, filtres de couleurs ou encore traduction simultanée… Ces outils développés pour plus d’accessibilité profitent aujourd’hui à tous. Ils permettent de repenser l’expérience collaborateur dans l’entreprise mais aussi la scolarité de tous les élèves. Un enjeu qui s’est accentué avec le Covid.

Une personne sur deux va, dans sa vie, être en situation de handicap, soit temporaire, soit permanent. L’inclusion est donc l’affaire de tous ! Les organisations ont tout à gagner à mettre en place une stratégie d’accessibilité« Il y a eu un réveil des entreprises depuis 2–3 ans. Cette tendance s’est accélérée avec le Covid qui a montré que si on ne fournissait pas les outils adaptés notamment aux collaborateurs malvoyants, non-voyants ou mal entendants, alors on les détachait de l’entreprise et ils n’étaient plus en capacité d’assumer leur poste », analyse Philippe Trotin, Directeur inclusion et accessibilité numérique de Microsoft France.

Lire aussi Que peut apporter l’inclusion et l’accessibilité aux organisations ?

Prendre la mesure du handicap à la faveur du Covid

Le Covid et le travail à distance ont agi comme des révélateurs, avec la nécessité de répondre aux besoins spécifiques de certains collaborateurs pour leur créer un espace de travail aussi performant dans l’entreprise qu’en dehors. « Depuis un an, on voit beaucoup de demandes sur le poste de travail. Si les personnes déficientes visuelles bénéficiaient déjà de solutions numériques, pour les personnes malentendantes, la période a été un vrai choc : il leur était impossible de faire de la lecture labiale avec les masques. Et pour des personnes en distancielles sans solutions de sous-titrages ou un autre outil d’accessibilité, cela a été très compliqué », souligne ainsi Philippe Trotin. 

Sans compter les entreprises internationales où les collaborateurs peuvent être amenés à faire des conférences téléphoniques en anglais. « Non seulement on maîtrise mal la langue mais en plus, on entend mal donc on n’est pas certain de bien comprendre la personne en face. C’est la double peine : on est confronté à la barrière de l’audition mais aussi la barrière de la langue. »

Livre Blanc
Les solutions numériques pour une organisation inclusive

L’accessibilité numérique vise à apporter des solutions aux problèmes d’interaction d’un individu par rapport à son environnement numérique.

Télécharger

Les enjeux de l’inclusion pour les entreprises

Les entreprises ont leur rôle à jouer pour favoriser le développement d’un cadre de travail inclusif. Cet enjeu prend de l’ampleur aujourd’hui, pour plusieurs raisons :

Un enjeu d’attractivité 

« Les entreprises se rendent compte que si elles veulent être performantes, elles ont besoin d’attirer des jeunes et d’attirer de nouveaux talents. Or, les jeunes sont sensibles à ce sujet. Et les talents dont on a besoin sont peut-être eux-mêmes en situation de handicap. On peut perdre des talents si on ne leur offre pas un cadre de travail inclusif », estime Phillipe Trotin.

  • Un enjeu d’égalité des chances 

Permettre à tous ses collaborateurs de travailler, grâce aux outils numériques dont ils ont besoin, c’est donner à chaque individu les moyens de réaliser ses ambitions. Qu’il s’agisse de personnes en situation de handicap permanent ou temporaire. Qui ne s’est jamais retrouvé à taper sur son clavier avec deux doigts parce qu’il s’était cassé le bras ? « Dans mon équipe, un développeur s’était foulé les deux poignets en faisant du skate. Grâce aux solutions d’autocomplétion de Visual Studio, nos outils de développement, il a pu  reprendre le travail rapidement juste en tapant quelques touches avec ses doigts valides, se souvient Tanguy Romey, Responsable du digital et des enjeux de conformité et d’expérience utilisateur chez Microsoft. Cela va dans les deux sens : quand on crée des solutions accessibles, on permet à tous de travailler et de rendre le produit de leur travail accessible. C’est un enrichissement permanent. » 

« Les solutions inclusives ne s’adressent pas qu’aux collaborateurs en situation de handicap ! abonde Philippe Trotin. Une enquête menée aux Etats-Unis montre que 63% de nos utilisateurs Microsoft 365 recourent à des outils d’accessibilité au quotidien sans le savoir. Comme la dictée vocale par exemple. Ces adaptations faites au départ pour les personnes en situation de handicap sont utiles à tous et améliorent le confort de tous. » 

  • Un enjeu RSE

La responsabilité sociale d’une organisation fait désormais partie des critères regardés par les consommateurs et les clients, qui attendent des marques, des entreprises ou des institutions des engagements forts sur ces sujets. L’inclusion en fait partie. D’ailleurs, certains marchés publics incluent des critères d’inclusion et d’accessibilité dans leurs appels d’offres. 

  • Un enjeu de représentativité 

Une organisation vit dans un contexte, une société. Il est important qu’elle soit représentative de la société. Cela lui permet de s’adresser à tous ses clients, dont certains peuvent être en situation de handicap. « Il y a énormément de personnes en situation de handicap. Ne pas s’adresser correctement à elles, c’est s’exposer au risque de perdre des clients », avertit Philippe Trotin. 

  • Un enjeu de vieillissement de la population 

Nous vivons une transition démographique, avec l’allongement de la durée de vie et des carrières plus longues, synonymes de nouvelles pathologies en entreprise. « Avec la médecine du travail, nous mettons en place des adaptations pour les collaborateurs. Et quand on vieillit, cela porte principalement sur l’audition et la vision », souligne Philippe Trotin. 

Ces enjeux peuvent être en partie couverts par des solutions numériques souvent installées nativement dans les outils de bureautique. Ces outils vont non seulement adresser les besoins spécifiques de personnes en situation de handicap, mais aussi ceux des personnes valides qui souhaitent simplement personnaliser leur environnement. On a tous des préférences d’usage : thème sombre ou clair, taille de police, filtre lumière bleue… C’est aussi de l’accessibilité ! Et à l’ère du numérique, cet impératif est encore plus fort. 

Livre Blanc
Trois façons d’améliorer vos performances avec l’accessibilité

Découvrez comment pérenniser vos activités en répondant aux besoins des clients et des collaborateurs souffrant d’un handicap. Vous démarquer de la concurrence. 

Téléchargez

Les enjeux de l’accessibilité pour le digital 

Aujourd’hui, toutes les organisations ou presque communiquent ou vendent en ligne. Dès lors, comment rendre son site, son application et sa communication accessibles ? 

  • Du code compréhensible pour tous 

« Cela suppose une prise en compte en amont des problématiques d’accessibilité dans le développement des sites web ou des applications », explique Tanguy Romey. 

Concrètement, il y a deux critères essentiels à respecter lorsque l’on code une page web : 

  1. Faire du code “propre” qui soit compréhensible par tous: humains, robots, machines et technos d’assistance 
  2. Bien qualifier tout le code, tous les contenus, tous les composantsetc. pour qu’ils soient perceptibles et identifiables. « Par exemple, si on a des images sur une page, il faut bien identifier cette image avec un texte associé pour qu’une personne non-voyante puisse savoir ce qui est représenté sur l’image », explique Tanguy Romey. 
  • Vérifier l’accessibilité de ses communications 

« Lorsque l’on communique avec un large public, il faut veiller à être inclusif car on sait que dans ce large public se trouve une audience particulière qui sera exclue si on n’y fait pas attention ! », prévient Philippe Trotin. L’accessibilité est donc aussi un enjeu pour les métiers du marketing. « Tous nos livrables (livres blancs, sites web, newsletters, emails, webinars, posts sur les réseaux sociaux… doivent respecter les critères d’accessibilité », confirme Tanguy Romey.  

Cet enjeu d’accessibilité numérique revêt aussi une dimension légale. La loi du 24 juillet 2019 impose aux sociétés de droit privé de plus de 250 millions d’euros de chiffre d’affaires de respecter des critères d’accessibilité sur leur site internet, sous peine de sanction. 

Lire aussi Les applications numériques au service de l’accessibilité

L’inclusion s’apprend dès l’école

  • Prendre en compte le handicap invisible 

L’inclusion est un enjeu majeur dans l’Education car l’école et l’université préparent la société de demain. Or, rien qu’à l’école, environ 390 000 élèves sont en situation de handicap. « Et encore, on parle d’un handicap reconnu ! souligne Clara Feuillet, Marketing Manager pour l’Education chez Microsoft. Il y a 20% de personnes en situation de handicap, dont 80% de handicap invisible. On estime que 4 à 6% des enfants sont dyslexiques. C’est un enjeu fort à adresser car ces problèmes sont souvent détectés tard et jouent un rôle dans le décrochage scolaire. »

Il existe pourtant des solutions pour leur permettre de suivre les cours comme n’importe quel élève. « Le lecteur immersif dans OneNote permet à l’élève de suivre ligne par ligne, séparer les mots, reconnaître un verbe, un pronom etc. »

  • Proposer des outils adaptés 

L’accessibilité numérique dans l’enseignement est un enjeu très fort. C’est d’autant plus vrai dans ces temps où le télétravail et la formation à distance se sont généralisés. « Les cours traditionnels disparaissent petit à petit au profit de nouvelles méthodes pédagogiques, avec le numérique comme point d’orgue de l’enseignement. Pour nous qui accueillons près de 120 étudiants en situation de handicap, principalement des dys, l’enjeu de l’accessibilité numérique est centrale », explique Emilie Gueret, Responsable du développement durable et de la diversité, Kedge Business School.  

Prise de notes, traduction simultanée, loupe… Ces outils permettent une meilleure compréhension et un meilleur apprentissage. 

  • Assurer la continuité pédagogique, même à distance 

Le numérique permet aussi d’assurer la continuité pédagogique de tous les élèves, y compris ceux qui font face à un handicap temporaire ou sont dans l’incapacité à se rendre physiquement sur le lieu de leur cours. Grève ou panne des transports, maladie, isolation… Le distanciel est une alternative qui s’est largement démocratisée avec le confinement et l’école à la maison. 

Pour les étudiants en situation de handicap, la formation à distance pourrait être perçue comme un handicap supplémentaire. Elle peut au contraire faciliter leur apprentissage ! Comme à l’école IA (pour Intelligence atypique) développée avec Simplon, où les étudiants autistes qui suivent une formation en intelligence artificielle ont finalement préféré le mode distanciel, plus adapté à leurs besoins. 

  • Former les professeurs

L’école inclusive peut s’appuyer sur des outils numériques qui ont fait leur preuve. Cela suppose de former les professeurs à ces outils, pour guider les élèves dans l’adoption de ces outils et contribuer à les rendre plus autonomes dans leur scolarité. Mais cela passe aussi par une prise de conscience des enseignants pour rendre leurs supports de cours accessibles et créer des documents Word et PowerPoint inclusifs. Cette sensibilisation contribue à une meilleure inclusion de tous les élèves et crée un cercle vertueux. 

« Développer une approche inclusive permet de limiter le décrochage scolaire, d’offrir une meilleure expérience d’apprentissage, de préparer les étudiants à être les managers inclusifs de demain en les sensibilisant dès l’école et, en tant qu’établissement scolaire, d’avoir de meilleurs résultats », résume Clara Feuillet. Une stratégie gagnant-gagnant pour l’élève, l’école et la société dans son ensemble. 

Livre Blanc
Sept façons d’accélérer l’évolution culturelle grâce à la technologie

Travaillez à bâtir une culture qui invite au changement et qui permet aux employés de réexaminer la situation au travers de 7 méthodes clés.

Télécharger